« Le commerce ne va pas disparaître : à ­chaque mutation, il s’adapte. Notre travail consiste précisément à  identifier les acteurs qui seront épargnés. Par exemple, un coiffeur ou un toiletteur pour chien ne redoutent pas la concurrence d’Internet », explique Jean-Marie Souclier.